Bienvenue chez
Gestion financière MD

Merci d’utiliser le service de clavardage MD

Pour nous aider à mieux vous servir, veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous.

Communiquez avec un conseiller MD

Comment se traduit la hausse des taux d’intérêt pour vous?

Publié le 14 juillet 2017, 14:54 | Rédigé par Patrick Ercolano

Grande effervescence dans la presse spécialisée ce 12 juillet : la Banque du Canada a relevé son taux d’intérêt pour la première fois en sept ans! Quel sera l’effet de cette majoration de 0,50 % à 0,75 % sur vos prêts, vos placements ou vos projets de voyage?

L’économie du Canada prend du mieux et les taux peuvent être relevés

En 2015, dans le sillage de l’effondrement des cours pétroliers qui a fait vaciller l’économie canadienne, la Banque du Canada a réduit le taux directeur de 1,00 % à 0,5 %. À l’heure actuelle, étant donné l’amélioration des perspectives économiques à court terme et la force du taux de croissance actuel du PIB, à 2,8 %, la banque centrale a revu ses prévisions à la hausse.

Les raisons justifiant la hausse

Le maintien des taux à un niveau aussi bas pendant une période prolongée comporte des risques, notamment celui d’une poussée inflationniste découlant d’une consommation effrénée alimentée par le crédit facile. Même si l’augmentation de l’indice des prix à la consommation (IPC) a ralenti à 1,3 % ces derniers mois, la Banque pense que l’inflation reviendra au taux cible de 2 % dès l’an prochain.

N’oublions pas non plus que le crédit bon marché incite les particuliers à l’endettement. Il est aussi plus facile d’obtenir un prêt hypothécaire, ce qui peut favoriser la création d’une bulle immobilière. L’accessibilité du crédit y est pour beaucoup dans l’explosion des prix de l’immobilier à Toronto et à Vancouver.

Le taux d’intérêt directeur dans un creux historique

Même si cette hausse est la première en sept ans, en réalité, même à 0,75 %, le taux demeure très bas. En juillet 2007, ce même taux était de 4,50 %.

Le marché obligataire s’attend donc à une nouvelle augmentation de 0,25 % d’ici un an.

Des effets quasi imperceptibles pour les consommateurs et les investisseurs

Que vous soyez un emprunteur ou un investisseur, ou que vous prévoyiez un voyage, vous pouvez vous attendre aux conséquences suivantes sur votre porte-monnaie :

  • Cartes de crédit

    Les taux d’intérêt imposés par les émetteurs de cartes de crédit sont des taux fixes plutôt élevés sur lesquels les décisions de la Banque du Canada ont en général peu d’effets.


  • Taux hypothécaires
  • Si vous avez un prêt hypothécaire à taux variable, votre taux augmentera légèrement. Ainsi, pour un prêt hypothécaire de 500 000 $ à un taux de 5,00 % amorti sur 25 ans, une majoration de 0,25 % du taux d’intérêt augmente le versement mensuel de 72 $.

    Montant du prêt hypothécaire

    Versement mensuel, à 5,00 %

    Versement mensuel, à 5,25 %

    300 000 $

    1 744,81 $

    1 787,75 $

    500 000 $

    2 908,02 $

    2 979,59 $

    750 000 $

    4 362,04 $

    4 469,39 $

    1 000 000 $

    5 816,05 $

    5 959,18 $

    Si vous avez un prêt hypothécaire à taux fixe, votre taux ne pas changera jusqu’à l’arrivée à échéance de votre prêt. Toute majoration, le cas échéant, s’appliquera au renouvellement du prêt.

    Les marges de crédit hypothécaires sont souvent à taux variable et, par conséquent, l’intérêt que vous payez sur le solde augmentera. Les taux de ces marges de crédit sont établis en fonction du taux préférentiel qui, avant la récente majoration, était de 2,70 %. Dans les moments qui ont suivi l’annonce de la Banque du Canada, les cinq grandes banques canadiennes se sont empressées de majorer leur taux préférentiel à 2,95 %.


  • Prêts étudiants

    La plupart des diplômés en médecine sont endettés. Selon le Sondage sur la loyauté envers MD de 2016, environ 46 % des étudiants en médecine s’attendaient à avoir des dettes supérieures à 100 000 $ à la fin de leurs études et 17 %, à avoir des dettes supérieures à 200 000 $.

    L’intérêt sur les prêts étudiants consentis par le gouvernement fédéral et par les gouvernements provinciaux et territoriaux est fondé sur le taux préférentiel auquel on ajoute un pourcentage donné. Par exemple, dans le taux d’intérêt du Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario, il y a une portion « Ontario » et une portion « Canada ».

    Dans ce cas, dans la portion provinciale, le taux d’intérêt est le taux préférentiel plus 1,00 % et dans la portion fédérale, le taux préférentiel plus 2,5 %. Donc, pour un prêt de 100 000 $, l’emprunteur doit s’attendre à une augmentation de 12,33 $ de ses versements mensuels1.


  • Placements obligataires

    Les majorations de taux d’intérêt ont des retombées négatives sur les cours obligataires à court terme, mais les intérêts nominaux générés par les obligations dans votre portefeuille sont aussitôt réinvestis à un taux plus élevé. L’effet négatif est donc relatif.


  • Dollars américains

    La hausse des taux d’intérêt peut accroître la valeur du dollar canadien. En fait, depuis un mois, il s’est apprécié de presque 7 % par rapport au dollar américain, car le marché a anticipé la probabilité d’une majoration des taux.

    Trois heures après l’annonce du 12 juillet, le huard valait 1,25 cent de plus que la veille par rapport au dollar américain, soit 78,66 cents. La situation accroît donc légèrement le pouvoir d’achat des retraités migrateurs et des autres Canadiens qui préparent un voyage aux États-Unis.


  • Actions

    L’appréciation du huard n’a pas que des effets souhaitables : les titres libellés en dollar américain ou dans d’autres monnaies, notamment les actions américaines et internationales détenues dans les fonds d’actions mondiales, perdent de leur valeur en dollars canadiens.

    Les entreprises et les investisseurs voient aussi d’un mauvais œil les hausses de taux, car l’augmentation des coûts d’emprunt ralentit la croissance. Même si une augmentation de 0,25 % est en soi infime, la croissance des entreprises repose aussi sur des attentes. Or, les conditions de crédit plus restrictives anticipées dans les prochains mois peuvent mettre de la pression sur certaines entreprises.

    Le préavis relativement court donné par la Banque du Canada pourrait aussi être accueilli assez froidement par les marchés boursiers canadiens. Pour ce qui est du positionnement de ses portefeuilles, MD maintient une sous-pondération neutre des actions canadiennes. Au fil du resserrement de la politique monétaire, nous observerons attentivement l’évolution de la Bourse canadienne.

Sur le plan des finances personnelles, la légère remontée des taux d’intérêt doit être vue comme un signe de confiance dans l’économie canadienne. Il serait étonnant que ces légères augmentations du taux directeur aient un effet déterminant sur vos placements, et les conséquences sur le remboursement de vos dettes devraient rester tout à fait gérables. Si cette hausse des taux allège un peu la facture du séjour que vous prévoyez effectuer aux États‑Unis, tant mieux!

1 Source : CanLearn.ca. Tient pour acquis que le prêt à taux variable est remboursé sur une période de 120 mois.

À Propos de Patrick Ercolano

Patrick Ercolano, CFA, MBA, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Stratégie de placement chez Gestion financière MD. Il supervise les mandats de répartition stratégique et tactique de l’actif et les fonds communs de placements non traditionnels. De plus, il est membre du Comité du risque et de la répartition tactiques de MD.