Bienvenue chez
Gestion financière MD

Merci d’utiliser le service de clavardage MD

Pour nous aider à mieux vous servir, veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous.

Communiquez avec un conseiller MD

Le bitcoin en bref

Publié le 08 septembre 2017, 11:05 | Rédigé par Mark Fairbairn

37099-MD-blog-Bitcoin_730x320

Compte tenu de ma profession, mes amis et ma famille me demandent souvent mon opinion sur divers placements. Généralement, ils posent des questions sur les actions, mais dernièrement, ils s’intéressent au bitcoin.

Je comprends pourquoi le bitcoin suscite l’attention : son cours a plus que triplé cette année (à la clôture des marchés hier, un bitcoin était évalué à plus de 5 800 $ CA). L’ether, un rival qui gagne du terrain, vaut maintenant 50 fois les 8 $ US auxquels il s’échangeait à la fin de 2016. 

Je ne peux pas dire si les cours fluctueront à la hausse ou à la baisse. Comme c’est le cas pour tous les actifs spéculatifs, il n’y pas de facteurs fondamentaux dictant leur variation. Votre instinct vaut bien le mien en pareil cas (ou celui de n’importe qui d’autre). Cependant, lorsque je regarde le graphique illustrant les fluctuations du bitcoin au fil du temps, je vois ce qui pourrait davantage ressembler au prix de l’action d’une jeune entreprise qu’à un taux de change.

Donc, si vous m’interrogez au sujet du bitcoin, je vais détourner la conversation vers une autre question plus importante : le bitcoin peut-il légitimement être traité comme une monnaie? Pour faire une histoire courte : pas vraiment, non.

Pourquoi cet engouement pour l’argent électronique?

Les cryptomonnaies, ou monnaies numériques, sont créées par des algorithmes informatiques. Chaque transaction est enregistrée dans un livre comptable qu’on appelle « chaîne de blocs » sur un réseau décentralisé poste à poste. Cette base de données distribuée est publique et fait le rapprochement de chaque bitcoin et de chaque transaction en continu afin de prévenir les actes illicites.

Il n’y a pas d’argent sonnant dans le fond de vos poches, juste un jeton électronique, ou une clé, dans un portefeuille numérique. Le bitcoin est la plus prisée, mais il y a plus de 850 cryptomonnaies en circulation à l’heure actuelle.

Les cryptomonnaies sont anonymes, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas réglementées dans l’univers des banques centrales. Par conséquent, elles représentent un moyen intéressant pour mener des transactions pour le moins douteuses (extorsion, attaques au rançongiciel, trafic de drogue, etc.). Le bitcoin en a tiré une certaine notoriété, tellement que des joueurs dominants, comme Microsoft, l’acceptent maintenant comme moyen de paiement.

Peut-on vraiment parler du bitcoin comme de l’argent?

Les monnaies sont à la fois un moyen d’échange et une réserve de valeur. Pour être utile, une monnaie doit être stable et reconnue comme moyen de paiement. 

Au quotidien, vous établissez régulièrement la valeur des choses en unités monétaires. Combien coûte un café? Combien vaut cette maison? Combien gagnez-vous par année? Si nous convertissions le tout en bitcoin, le coût des articles courants, la valeur de vos actifs et votre salaire annuel changeraient possiblement toutes les minutes.

Par ailleurs, comme moyen d’échange, le bitcoin demeure peu utilisé par les consommateurs et les entreprises comparativement aux monnaies traditionnelles.

Notre équipe de gestion des devises chez Gestion d’actifs CIBC considère le bitcoin comme un actif hautement spéculatif plutôt que comme une monnaie. Les portefeuilles de MD n’investissent pas dans le bitcoin ou d’autres cryptomonnaies compte tenu de leur nature spéculative.

Une leçon à retenir signée un utilisateur du bitcoin

L’argent, tel que nous le connaissons, est un actif qui se déprécie; nous perdons de notre pouvoir d’achat au fil du temps en raison de l’inflation. Les banques centrales émettrices des monnaies des principaux pays développés, comme la Banque du Canada, ciblent un taux d’inflation annuel qui tourne généralement autour de 2 %.

Ainsi, comme ils s’attendent à perdre une partie de leur pouvoir d’achat (qui s’explique par la hausse des prix), les consommateurs ont tendance à dépenser leur argent dans les biens et services. En revanche, si une monnaie s’apprécie, ils seront peut-être tentés d’en faire des réserves, ce qui fait ralentir l’activité économique.

Imaginez à quel point vous vous en voudriez de ne pas avoir attendu si un bien que vous auriez acheté avec des bitcoins à la fin de l’année dernière était maintenant trois fois moins cher!

Le bitcoin n’est que le début

Mon argent n’est pas investi dans le bitcoin – ni l’argent que vous avez placé dans nos portefeuilles – mais je m’intéresse certainement à la suite des choses : l’existence de la cryptomonnaie a amené des innovations qui pourraient avoir une immense portée.

Les banques centrales, les organismes de réglementation et l’industrie des services financiers portent tous une grande attention à la technologie sous-jacente mise en place pour permettre l’échange du bitcoin. La chaîne de blocs, que j’ai brièvement mentionnée, pourrait ouvrir un monde de possibilités : renforcement du système financier, réduction des coûts associés aux services financiers et bouleversements technologiques, pour ne nommer que celles-là.

Le bitcoin est encore un bon sujet de conversation dans un 5 à 7, mais le meilleur reste à venir.

Mark Fairbairn

Mark Fairbairn, CFA, B. Ing., est analyste en placement principal au sein de l’équipe Gestion de placements chez Gestion financière MD. Il est responsable des fonds communs et collectifs d’actions non nord-américaines ainsi que du volet de superposition des devises des fonds d’actions.