Bienvenue chez
Gestion financière MD

Merci d’utiliser le service de clavardage MD

Pour nous aider à mieux vous servir, veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous.

Communiquez avec un conseiller MD

Marché de l’habitation aux États-Unis : retour du balancier

Publié le 06 décembre 2017, 16:48 | Rédigé par James Virgo

Qui ne se souvient pas du tristement célèbre effondrement du marché américain de l’habitation pendant la crise financière mondiale survenue il y a près de dix ans? Les prêts hypothécaires à risque et le surendettement des propriétaires de maison avaient provoqué une vague nationale de saisies immobilières. Comme bien des Canadiens, j’ai été tenté d’acheter une propriété aux États-Unis, que j’envisageais comme un placement, un endroit de vacances ou un fonds de retraite, surtout que le dollar canadien se négociait alors à parité.

Les prix ont repris le dessus, et plus encore

Selon l’indice national S&P/Case-Shiller du prix des maisons aux États-Unis, le prix moyen des maisons a atteint un sommet en août 2006. Puis les prix ont plongé et en février 2012, l’indice avait perdu 27 % de sa valeur. Contrairement à l’effondrement, qui a été amplement couvert dans les médias, la forte remontée des prix qui a suivi a attiré beaucoup moins d’attention. Pourtant, en novembre 2016, le prix moyen était de retour au niveau de 2006 et, aujourd’hui, le mouvement haussier s’accélère.

Selon le U.S. Census Bureau, les ventes de maisons neuves ont affiché trois hausses mensuelles consécutives de septembre à novembre 2017, dont un bond de 6,2 % en octobre. Les ventes de maisons existantes ont aussi inscrit en octobre leur plus forte hausse des huit derniers mois, selon la National Association of Realtors. Le nombre de propriétés vendues sur plan est un indicateur encore plus important, car il annonce l’ampleur de la construction résidentielle dans les mois à venir. Or, ce nombre trône actuellement à son sommet depuis janvier 2007.

Un marché de l’habitation sain est un important moteur économique

Je ne suis pas vraiment surpris par ce rebond. Nous savons que l’économie américaine est en phase de lente expansion. Les conditions d’accès à la propriété sont favorables : la situation de l’emploi est bonne et l’embauche constante, le crédit est facile et les coûts d’emprunt sont bas. Malgré tout, en pourcentage du PIB, l’investissement résidentiel privé est actuellement inférieur à sa moyenne historique de 4,6 %, un écart qui devrait vraisemblablement être comblé. Si la situation n’est pas idéale, surtout pour les jeunes acheteurs et tous ceux qui achètent une première maison, elle est néanmoins encourageante, ce qui pourrait avoir de vastes répercussions.

Un marché de l’habitation sain est un important moteur économique. Lorsque la valeur nette de leur maison augmente, les propriétaires dépensent avec plus d’entrain, ce qui stimule l’économie. Comme les dépenses de consommation représentent environ 70 % du PIB des États-Unis, il s’agit là d’une amélioration considérable des perspectives économiques. À elles seules, les ventes de meubles et d’accessoires ménagers suivent une courbe ascendante qui tend à s’accentuer et augmentent plus rapidement que l’ensemble des ventes de détail. La croissance à ce jour cette année dans ce secteur est de 4,4 %, ce qui est supérieur aux 4,0 % de la fin du premier trimestre de 2017.

Home Depot : les détaillants du secteur de la rénovation sont gagnants…

En sa qualité de gestionnaire de placements, MD cherche constamment à trouver les secteurs et les entreprises les plus susceptibles de bénéficier des tendances haussières.

Les détaillants spécialisés dans la rénovation comme The Home Depot, Inc. absorbent une part considérable des dépenses de consommation associées au marché américain de l’habitation. Les acheteurs de produits de rénovation continuent de préférer l’expérience en magasin, ce qui explique pourquoi Home Depot résiste si bien à la « déferlante Amazon ». Cette tendance s’applique entre autres aux entrepreneurs professionnels, sur qui Home Depot concentre ses efforts avec beaucoup de succès.

Au cours des cinq dernières années, l’action de Home Depot a généré un rendement de 207,3 % (107,7 % pour l’indice S&P 500). Le bénéfice par action est passé de 3,00 $ en 2012 à un bénéfice anticipé de 7,38 $ en 2017 et de 8,35 $ en 2018. Les dividendes ont augmenté de 22 % (annuellement) et la dette nette de l’entreprise reste faible. Le Fonds collectif d’actions américaines GPPMD et le Fonds américain de croissance MD détiennent actuellement des positions dans Home Depot.

… tout comme les fournisseurs de matériaux de construction, dont Vulcan Materials

Le sort de la société Vulcan Materials, dont le Fonds collectif d’actions américaines GPPMD et le Fonds américain de croissance MD détiennent des actions, est aussi lié au secteur de l’habitation. Vulcan est le plus important fournisseur d’agrégats de construction, notamment de béton prêt à l’emploi et d’asphalte, deux matériaux utilisés dans tous les projets de construction, du grand projet d’infrastructure à la simple résidence. L’action de Vulcan a surpassé de 41,5 % l’indice S&P 500 ces cinq dernières années. Malgré un taux peu impressionnant (0,8 %), le dividende par action est passé de tout juste 0,04 $ en 2012 à un dividende anticipé de 0,99 $ en 2017. Grâce à la forte croissance de son chiffre d’affaires et à la diminution de sa dette, Vulcan est en excellente position pour profiter de l’augmentation de la demande qui accompagne la reprise du secteur de l’habitation.

Même si de nombreux facteurs interreliés influent sur la sélection des titres pour nos fonds, l’intérêt initial est souvent suscité par une conjoncture intéressante comme celle du secteur de l’habitation aux États-Unis. Le fait que cette bonne nouvelle soit plus ou moins passée « inaperçue » joue aussi, car les sommes à débourser pour acquérir les positions sont moindres. Personnellement, j’ai raté l’occasion d’acheter une propriété aux États-Unis en 2009. J’avais pourtant étudié longuement et attentivement les marchés de Phœnix et de Las Vegas. Je me console un peu aujourd’hui en me disant que les portefeuilles des clients de MD bénéficient de la relance du marché de l’habitation, qui profite par ailleurs à l’ensemble de l’économie américaine.

À Propos de James Virgo

James Virgo, CFA, CFP, MBA, est vice-président et responsable national de Conseils en placement privés MD (CPPMD), une division de Gestion financière MD. Il supervise les pratiques et la prestation de conseils en placement pour l’ensemble de CPPMD.