Bienvenue chez
Gestion financière MD

Merci d’utiliser le service de clavardage MD

Pour nous aider à mieux vous servir, veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous.

Communiquez avec un conseiller MD

Samsung : quand les profits éclipsent les manchettes

Publié le 17 novembre 2017, 14:29 | Rédigé par Craig Maddock

57593-MD-blog-Flaming-Samsung_730x320

Samsung arrive au premier rang mondial des producteurs de téléphones intelligents dont, le Galaxy Note 7s, qui prenait feu spontanément l’an dernier. Ces téléphones explosifs ont aussitôt été rappelés et remplacés par d’autres… tout aussi incendiaires. Lorsque les compagnies aériennes ont mis leurs passagers en garde contre l’utilisation de leur ancien et de leur nouveau téléphone Samsung, l’action du géant sud-coréen s’est effondrée.

Comme je l’écrivais en octobre 2016, ce produit défectueux, voire dangereux, n’a pas ébranlé notre confiance en ce qui a trait au rendement à long terme de Samsung. Les téléphones ne représentent en effet qu’une petite partie des activités de ce conglomérat industriel en plein essor. Et son action a non seulement rebondi, elle a été littéralement catapultée, s’appréciant de 90 % (en dollars américains) au cours de la dernière année.

Ce dénouement nous plaît évidemment, car l’action de Samsung se trouve dans nos fonds. Mais ce rendement spectaculaire nous rappelle une importante loi fondamentale de l’investissement : toujours comprendre la nature et la motivation de ses placements.

Un désastre aux allures de succès

Si les téléphones intelligents étaient le seul atout de Samsung, la crise de l’an dernier aurait pu tuer l’entreprise. Mais dans le contexte, on comprend aisément pourquoi l’effet des Galaxy Note 7 explosifs (et des appareils de substitution) a été si minime.

Samsung est en effet le premier producteur mondial en importance de puces de mémoire (Intel arrive au deuxième rang et Taiwan Semiconductor, au troisième.) Ses écrans à diode électroluminescente organique (DELO) (qui équipent les iPhone) génèrent des revenus considérables tout comme une foule d’autres produits électroniques : laveuses, aspirateurs, téléviseurs, etc.

Qui plus est, la demande mondiale pour les appareils technologiques ne cesse de croître : songez un peu à la technologie aujourd’hui intégrée aux automobiles. La demande suscitée par le tout récent Galaxy Note 8 a donc fortement contribué à l’important bénéfice déclaré par Samsung au troisième trimestre. Les ventes sont en hausse de 12 %, mais plus que tout, c’est la marge bénéficiaire qui justifie l’appréciation de l’action. L’entreprise est plus rentable que jamais.

La Corée du Sud demeure cependant un marché émergent, ce qui explique pourquoi l’action de Samsung (qui représente une part appréciable du PIB sud-coréen) se négocie encore à un escompte relatif, soit huit fois le bénéfice anticipé. En comparaison, LG se négocie à 9,4 fois, Intel à 14 fois et Apple, à 15 fois le bénéfice anticipé.

L’importance de réfléchir avant d’agir

Les investisseurs qui agissent sous le coup des manchettes ont sans doute déserté Samsung dès les premières odeurs de plastique brûlé. Quelle erreur!

Une étude attentive de l’entreprise et de l’ensemble de ses composantes, ainsi que de son degré d’intégration au sein de l’économie, nous a pourtant suffi pour comprendre la nature réelle de cet épisode : un incident de parcours.

Voilà le genre d’analyse réfléchie qui précède toutes nos décisions de placement, qu’il soit question d’une action en difficulté ou d’un recul généralisé de l’économie, qui surviendra d’ailleurs tôt ou tard. Sur le moment, ce ne seront alors pas les explications qui manqueront : C’est la faute du président! C’est la faute de l’inflation galopante!

Grâce à notre compréhension approfondie des entreprises en portefeuille, de leur mode de fonctionnement et des raisons à la source de leur succès financier, nous n’aurons rien à faire de ces justifications simplistes. Nous resterons en mesure d’évaluer la capacité de rendement de nos placements et d’agir en conséquence.

Juger l’arbre à ses fruits

Samsung a de nouveau fait la manchette récemment, cette fois à la suite d’une restructuration au sein de sa haute direction. Oh-Hyun Kwon a annoncé sa démission de ses fonctions de membre et président du Conseil d’administration et de vice-président de Samsung Electronics ainsi que de chef de la direction de Samsung Display, et l’ancien chef de la direction, Jay Y. Lee, a été condamné à une peine de cinq ans de prison pour corruption.

Le caractère plutôt sombre de ces nouvelles n’inquiète pas pour autant AGF, un des sous-conseillers du fonds Placements d’avenir MD et du Fonds d’actions sans combustibles fossiles MD : « Samsung a à sa tête une équipe de direction solide avec beaucoup de profondeur. Dans l’ensemble, nous pensons que Samsung poursuivra sa croissance à long terme grâce à la stabilité de ses marges bénéficiaires et à l’augmentation de son ratio de rotation de l’actif. »

D’ailleurs, le soi-disant « manque de leadership » n’a eu à ce jour aucun effet négatif sur le cours de l’action.

Samsung est présente dans plusieurs de nos fonds communs et collectifs et son poids relatif y est supérieur à 3 % parce que nous avons une compréhension intime de l’incroyable potentiel de croissance de cette entreprise. Sa résilience actuelle ne me surprend donc pas le moins du monde.

Craig Maddock

Craig Maddock, CFP, CFA, CIM, MBA, est vice-président à la gestion des placements chez Gestion financière MD. Il dirige les gestionnaires de portefeuille et les analystes en placement qui gèrent les fonds communs de placement et les fonds collectifs de MD.