Bienvenue chez
Gestion financière MD

Merci d’utiliser le service de clavardage MD

Pour nous aider à mieux vous servir, veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous.

Communiquez avec un conseiller MD

Acquisition de Whole Foods : une opération juteuse

Publié le 18 août 2017, 11:29 | Rédigé par Edward Golding

Quand nous faisons l’épicerie, ma femme et moi, nous utilisons toujours l’application Flipp : grâce à elle, nous dénichons les meilleurs prix de la semaine, que nous pouvons revendiquer à notre supermarché habituel grâce à la politique du prix le plus bas garanti.

L’utilisation d’une application sur nos téléphones intelligents n’est qu’un petit exemple de l’influence quotidienne des technologies sur nos habitudes de consommation. Et la prochaine révolution pourrait avoir lieu chez vous, à l’heure où Amazon inc. envisage la livraison à domicile d’articles d’épicerie achetés en ligne.

En juin, la première entreprise de commerce électronique en importance au monde a annoncé l’acquisition de Whole Foods Market inc. – la chaîne de supermarchés de produits naturels et biologiques haut de gamme prisée par les foodies – pour une valeur de 13,7 milliards de dollars américains.

Après des années passées à tâter le terrain de la livraison de produits alimentaires, le chef de file du commerce en ligne est propulsé dans le cercle des poids lourds de l’industrie de l’épicerie grâce à cette transaction, qui ajoute à son actif plus de 400 magasins aux États-Unis et une dizaine au Canada. L’entreprise a d’ailleurs émis quelque 16 milliards de dollars d’obligations pour financer l’acquisition cette semaine.

Personnellement, je ne pense pas que je serai client de « Whole Paycheck », surnom qu’on donne à cette chaîne de magasins qui offre des produits plutôt dispendieux, mais je suis conscient que l’arrivée d’Amazon dans le secteur de l’épicerie l’aidera à faire de la livraison alimentaire à domicile une réalité.

Des produits Amazon dans le panier MD

Si nous suivons les tendances dans les allées d’épicerie, c’est en raison de la place importante qu’occupe Amazon dans plusieurs portefeuilles MD, notamment une part de 3,58 % dans le Fonds américain de croissance MD et de 1,81 % dans le Fonds collectif d’actions américaines GPPMD au 15 août.

« On ne dit pas que les détaillants en ligne sont en train de supplanter les magasins, précise Tom Delong, analyste pour le sous-conseiller MD Janus Capital Group. De bien des façons, Amazon est déjà un détaillant physique : après tout, l’entreprise construit 20 nouveaux centres de distribution par année. Avec Whole Foods, elle annexe un acteur bien établi de la distribution alimentaire, ce qui l’aidera à gagner l’efficacité nécessaire pour livrer des produits frais sur le pas de votre porte. »

« Pensez à l’évolution des délais de livraison, qui sont passés d’une semaine à deux jours, puis à deux heures », souligne M. Delong.

« Amazon a l’occasion d’étendre son offre auprès de ses clients Amazon Prime. La plupart des membres Prime font aussi des achats chez Whole Foods, explique-t-il, et ce recoupement est crucial. »

Amazon pourrait exploiter les données des consommateurs pour créer des expériences de magasinage sur mesure ou offrir la livraison automatique d’articles courants à domicile. Et il est raisonnable de penser que l’entreprise puisse recourir à l’intelligence artificielle pour déterminer ce dont vous allez avoir besoin et à quel moment, et pour vous l’envoyer avec une option de retour.

Remue-ménage dans les allées

La réaction initiale du marché à cette acquisition laisse croire qu’Amazon va bouleverser les secteurs de la distribution alimentaire et de l’épicerie – tout comme elle l’a fait dans le domaine de la vente et de la publication de livres.

Le jour de l’annonce, les titres des principaux épiciers et entreprises de distribution alimentaire ont dégringolé : celui de Walmart a chuté de 4,7 %, celui de Kroger de 9,2 %, et ceux de Sysco Corporation et Sainsbury ont respectivement enregistré une baisse de 3 % et de 2,5 %. Même si certaines actions ont rebondi, de nombreux investisseurs remettent maintenant en question les modèles d’affaires classiques et cherchent à savoir comment interpréter l’arrivée d’Amazon.

L’avenir du magasinage sur la table

Selon M. Delong, Amazon peut tirer profit de son envergure, de ses avantages technologiques et de sa volonté de composer avec des marges réduites pour transformer le secteur de l’épicerie.

À Seattle, l’entreprise teste Amazon Go, un dépanneur sans caissiers dans lequel les consommateurs entrent à leur guise et se voient automatiquement facturer les articles qu’ils se procurent à la sortie. La filiale de livraison de produits alimentaires AmazonFresh a récemment ouvert dans la même ville des épiceries où les clients peuvent venir chercher des commandes faites en ligne. Amazon Prime propose quant à elle des trousses-repas à base de produits frais dans certaines régions.

Les concurrents vont emboîter le pas à Amazon et automatiser ou bonifier leurs technologies, mais il sera plus difficile de réorganiser la distribution ou de modifier les habitudes d’achat.

« À long terme, les magasins vous suivront partout, tant que vous aurez un téléphone, conclut M. Delong. Ils seront véritablement à votre porte. »

Il est incroyable de voir avec quelle rapidité la technologie pénètre chacun des aspects de notre vie. Dans combien de temps l’utilisation de mon application dans un magasin sera-t-elle dépassée?

Je garderai ça en tête la prochaine fois que je naviguerai dans les allées de mon épicerie, mon téléphone à la main. Si Amazon réussit à transformer l’expérience de magasinage, les consommateurs en profiteront… et nos placements aussi.

Edward Golding

Edward Golding, CFA, MBA, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Gestion de placements chez Gestion financière MD. Il est responsable des fonds communs et collectifs de titres canadiens, de dividendes et d’actions américaines de MD.