Communiquez avec un conseiller MD

Transcription

Bonjour. Aujourd’hui, nous aborderons vos options de placement en tant que médecin constitué en société.

Commençons par un survol des concepts de base. Ensuite, nous parlerons des types de comptes de placement que vous pourriez acquérir au cours de votre vie, notamment votre compte d’entreprise. Enfin, nous verrons comment agencer le tout de façon cohérente.

En bref, il existe deux grands types de placements dans le monde : ceux qui visent surtout la croissance, et ceux qui se concentrent sur le revenu.

Il y a aussi de nombreux hybrides et choix, comme les actions à dividendes, les fonds négociés en bourse, les obligations exotiques, les produits de base, le capital-investissement et les placements fondés sur l’assurance, mais la plupart des placements de base misent sur la croissance ou le revenu.

En général, les placements visant la croissance prennent la forme d’actions, ou parts. Ces deux termes sont essentiellement interchangeables. Une action, c’est une fraction d’une société : quand vous en achetez une, vous devenez un des propriétaires de cette société, avec tous les avantages et les risques que ça implique.

Si la valeur d’une action augmente et que vous la vendez, vous réalisez un gain en capital. Au Canada, seuls 50 % de ces gains sont imposables : c’est donc une excellente manière de faire fructifier ses placements sans payer beaucoup d’impôt.

Si on vise plutôt un revenu, on achète habituellement des obligations.

Quand une entité privée ou publique a besoin de financement, elle émet des obligations. En achetant une obligation, vous lui prêtez des fonds qu’elle devra rembourser d’ici une certaine date, en plus d’intérêts calculés à taux fixe tout au long du « prêt ». Ces intérêts constituent un bon revenu prévisible, mais, contrairement aux gains en capital, ils sont imposables à 100 %.

Alors, d’un côté, vous avez les actions, qui représentent un potentiel de rendement et de risque élevé, mais qui sont moins imposées, et de l’autre, vous avez les obligations, qui représentent un potentiel de rendement et de risque moindre, mais qui sont plus imposées.

Voyons rapidement un troisième élément : les fonds communs de placement. Disons que vos amis et vous voulez acheter des actions et des obligations. Si vous mettez votre argent en commun et demandez à un gestionnaire de portefeuille de le gérer, vous obtenez un fonds commun de placement.

Le gestionnaire s’efforce de dégager un profit en négociant des actions et des obligations. En échange, vous lui payez une commission, soit un faible pourcentage de l’argent investi. Pour la plupart des investisseurs, les fonds communs de placement sont une excellente manière de s’enrichir. Plus tard, quand votre portefeuille atteint une certaine taille, vous pouvez sortir votre argent du fonds et demander à un conseiller en placements privés de le gérer juste pour vous.

Que vous visiez la croissance, le revenu ou une combinaison des deux, vous devez déposer vos fonds dans un compte de placement. Sur le plan fiscal, il en existe deux grands types : les comptes enregistrés et les comptes non enregistrés.

Les comptes enregistrés servent à accumuler des gains en capital et des intérêts avec report d’impôt; c’est-à-dire que les cotisations ou le revenu gagné dans le compte ne sont pas imposables avant leur retrait. L’exception est le CELI, où les cotisations sont faites après impôt et où les gains en capital et les intérêts ne sont pas imposables. Pour l’épargne-retraite, on utilise un REER ou un RRI. Le REEE sert à l’épargne-études, et le CELI peut servir à tout ce que vous voulez.

Dans un compte non enregistré, les gains en capital et les intérêts sont imposables l’année où vous les gagnez. On parle ici de vos comptes personnel et d’entreprise.

C’est quand vous voulez agencer tous ces comptes ensemble et les faire cadrer avec vos objectifs que les choses se compliquent. Laissez-moi vous expliquer...

Vous voulez peut-être épargner pour acheter une maison, ou encore financer les études de vos enfants. Vous devez évidemment planifier votre départ à la retraite, et vous songez même possiblement à laisser un héritage qui vous survivra longtemps.

Or, chaque objectif a son propre horizon temporel, qui va du court au long terme.

Ces différents horizons temporels, combinés à vos préférences personnelles, détermineront la répartition recommandée de placements à risque faible ou élevé.

Il faut aussi s’assurer de faire les bons placements dans les bons comptes, enregistrés ou non, pour maximiser votre rendement.

Oh, et si vous avez un conjoint, doublez le nombre de variables!

Vous comprenez maintenant pourquoi il n’est pas rare qu’une famille suive plus d’une dizaine de stratégies de placement en même temps.

Pour y voir clair, il faut commencer par établir une stratégie globale de répartition de l’actif. Combien d’argent devez-vous placer en croissance et en revenu? Quel niveau global de risque vous convient? Quel taux de rendement cible est réaliste? Une fois ces questions réglées, vous pouvez commencer à dresser un plan.

Démêlons un peu tout ça, et examinons de plus près votre compte d’entreprise de médecin constitué en société.

Généralement, les fonds que vous placez dans votre compte d’entreprise ne sont pas des fonds dont vous avez besoin couramment. Ainsi, ce compte aura pour principal objectif de financer votre retraite. Pour bien des médecins, la retraite est encore loin : c’est donc un objectif à long terme. Comme l’horizon est à long terme, vous pouvez normalement vous permettre de faire des placements à risque élevé. Après tout, si le marché s’effondre l’an prochain, vous aurez encore beaucoup de temps pour vous refaire.

Qui dit placement risqué dit généralement actions. Celles-ci fonctionnent bien avec un compte d’entreprise non enregistré, car vous pouvez profiter de gains en capital.

Vu tous ces facteurs, vous comprendrez pourquoi les jeunes médecins placent 80 %, voire plus, de leurs fonds d’entreprise dans des fonds communs surtout composés d’actions et axés sur la croissance. Cela dit, toute stratégie de placement vraiment complète doit être équilibrée. Si vos placements d’entreprise visent d’abord la croissance, misez plutôt sur les obligations dans votre REER : vous prendrez moins de risques et protégerez vos intérêts de l’impôt.

Mon conseil? Comme toujours, vous gagnez à travailler avec un conseiller MD.

Il vous aidera à établir une stratégie globale et vous montrera comment optimiser vos placements dans vos comptes personnels.

Un conseiller MD peut recommander un large éventail de possibilités de placements recherchées, comme des fonds communs de placement, l’accès aux services de Conseils en placement privés et des catégories d’actifs non traditionnels qui peuvent faire pencher la balance risque/rendement en votre faveur.

S’ajoute à tous ces avantages une valeur exceptionnelle, des fonds communs de placement à frais modiques et une planification financière parfaitement objective.

Quelle stratégie de placement devez-vous appliquer? Tous les médecins auront une réponse différente, mais personne ne vous donnera des conseils éclairés et personnalisés comme MD.

Des questions? N’hésitez pas à communiquer avec un conseiller MD.

Merci d’avoir assisté à cet atelier éclair MD.


Avis de non-responsabilité

Tous les exemples sont fournis à titre d’illustration seulement et ne s’appliquent pas aux personnes des États-Unis résidant au Canada.

Il n’est pas dans l’intention de Gestion financière MD de donner des conseils fiscaux, comptables ou juridiques ni d’autres conseils professionnels similaires à ses clients actuels ou potentiels. L’information contenue dans le présent document ne doit donc pas être interprétée comme des conseils de cette nature et elle ne saurait en aucun cas se substituer aux conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

Le service ExO MD offre aux clients admissibles des conseils et des produits financiers par l’entremise du groupe de sociétés MD (Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée). Gestion financière MD est une propriété de l’Association médicale canadienne.

Les recommandations sur la constitution en société se limitent à la répartition de l’actif et à l’intégration des personnes morales dans les plans financiers et les stratégies de gestion de patrimoine. Des conseils en matière de constitution en société devraient être sollicités auprès d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique selon la situation particulière de chaque personne.