Communiquez avec un conseiller MD

Transcription

Bonjour. Aujourd’hui, nous aborderons vos options de revenu de retraite à titre de médecin constitué en société.

Ce qui vous surprendra probablement le plus à 65 ans, c’est à quel point les choses restent pareilles.

Vous pourrez continuer de pratiquer la médecine, comme le font beaucoup de médecins.

Vous pourrez continuer de faire des placements, ce qui est généralement une très bonne idée.

Vous pourrez aussi rester constitué en société, alors aucun changement sur ce plan.

Ce qui pourrait changer, ce sont vos objectifs de placement et votre horizon temporel. Vous délaisserez probablement l’épargne-retraite pour vous concentrer sur d’autres questions, comme votre revenu de retraite ou même l’héritage que vous laisserez.

Votre horizon temporel risque aussi de changer. Au lieu de viser votre départ à la retraite, vous songerez alors à financer vos vieux jours, voire plus.

Pour définir vos objectifs et déterminer la meilleure façon de les atteindre, vous avez besoin de planification professionnelle sur deux plans distincts, mais reliés : les placements et les impôts.

Du côté des placements, il est tentant de chercher la source de revenus la plus sûre et prévisible possible pour la retraite et opter pour un portefeuille de placements garantis. Le problème, c’est qu’avec les faibles taux d’intérêt actuels, vous devrez peut-être épargner 10 000 000 $ et plus pour générer un revenu net de 100 000 $ par année. Or, c’est tout simplement irréaliste pour beaucoup de médecins.

En comparaison, vous pourriez générer le même revenu avec moins de 4 000 000 $ d’épargne grâce à un portefeuille équilibré, comportant des obligations portant intérêt et des actions assurant un dividende et la croissance du capital, et même des actifs non traditionnels pouvant accroître le rendement et réduire le risque.

Voilà pour la planification des placements. Maintenant, parlons impôts.

Tout le monde n’a pas les mêmes objectifs de planification fiscale à la retraite. Vous pouvez avoir en tête la réduction de votre impôt, la croissance de votre valeur nette, la gestion du risque ou la préservation de votre patrimoine pour vos héritiers. Ces objectifs ne sont pas toujours mutuellement exclusifs, mais ils n’appelleront pas les mêmes priorités quant à vos sources de revenu de retraite.

Prenons par exemple la réduction de l’impôt.

Quand vous partirez à la retraite, vous aurez sûrement placé votre argent dans plusieurs types de comptes, comme un compte de placement personnel, un régime enregistré d’épargne-retraite ou REER, peut-être un compte d’épargne libre d’impôt ou CELI, un compte d’entreprise avec ou sans solde dans un compte de dividendes en capital ou CDC, et peut-être même un régime de retraite individuel ou RRI.

Pour réduire votre impôt, la stratégie la plus simple est d’éviter de tirer un revenu de retraite à moins d’en avoir vraiment besoin. La loi vous oblige à convertir votre REER en fonds enregistré de revenu de retraite, ou FERR, et à en tirer un revenu au plus tard à 71 ans, que vous en ayez besoin ou non, mais en général, les fonds qui restent placés ne sont pas imposables.

Toutefois, si vous avez besoin d’argent, il est important de puiser en premier dans les sources les plus fiscalement avantageuses. Par exemple, les fonds retirés du compte de dividendes en capital de votre entreprise ou de votre CELI n’entraîneront aucune répercussion fiscale directe, alors c’est l’endroit idéal où commencer.

Ensuite, votre compte de placement personnel et votre compte standard d’entreprise peuvent être de bonnes sources de revenus. Dans ces comptes, accordez la priorité aux fonds d’actions avec des gains en capital, car seuls 50 % de ces gains sont imposables.

Les régimes enregistrés, comme le FERR et le RRI, sont souvent la dernière source de retrait. Pendant votre vie active, ils vous permettent d’accroître votre épargne à l’abri de l’impôt, mais à votre départ à la retraite ou à 71 ans au plus tard, le gouvernement compense en imposant l’ensemble de ce revenu.

Faites bien attention : si vous vous limitez à la planification des placements sans égard à la planification des impôts, il y aura certainement ombre au tableau. C’est une question d’équilibre : pour arriver à un résultat optimal, il faut utiliser la bonne répartition de placements dans les bons types de comptes et suivre une planification fiscale intelligente.

Mon conseil? Parlez à un conseiller MD.

Un conseiller MD vous aidera à définir tout changement dans vos objectifs de placement et votre horizon temporel, et ses excellents conseils vous aideront à générer un revenu de placement.

Il vous aidera aussi à cerner vos priorités sur le plan fiscal pour que vous profitiez du meilleur revenu possible.

Enfin, il pourra collaborer avec votre comptable pour veiller à ce qu’on vous offre des conseils clairs et directs.

Comment vous assurer un revenu confortable à la retraite? L’important est d’avoir un plan sur mesure.

Même si la retraite est encore bien loin, un conseiller MD peut jeter les fondements de ce plan dès maintenant.

Des questions? N’hésitez pas à communiquer avec un conseiller MD.

Merci d’avoir assisté à cet atelier éclair MD.


Avis de non-responsabilité

Tous les exemples sont fournis à titre d’illustration seulement et ne s’appliquent pas aux personnes des États-Unis résidant au Canada.

Il n’est pas dans l’intention de Gestion financière MD de donner des conseils fiscaux, comptables ou juridiques ni d’autres conseils professionnels similaires à ses clients actuels ou potentiels. L’information contenue dans le présent document ne doit donc pas être interprétée comme des conseils de cette nature et elle ne saurait en aucun cas se substituer aux conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

Le service ExO MD offre aux clients admissibles des conseils et des produits financiers par l’entremise du groupe de sociétés MD (Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée). Gestion financière MD est une propriété de l’Association médicale canadienne.

Les recommandations sur la constitution en société se limitent à la répartition de l’actif et à l’intégration des personnes morales dans les plans financiers et les stratégies de gestion de patrimoine.

Des conseils en matière de constitution en société devraient être sollicités auprès d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique selon la situation particulière de chaque personne.