Communiquez avec un conseiller MD

Transcription

Bonjour. Aujourd’hui, nous allons voir ce qui distingue la rémunération par salaire et la rémunération par dividendes lorsque vous exercez votre profession en société.

L’un des avantages de la société, c’est la flexibilité de la rémunération.

Si vous êtes travailleur autonome, vous n’avez aucune flexibilité, puisque tous vos revenus nets sont imposables au taux marginal maximal applicable.

En constituant votre société, vous devez faire des choix… mais souvent, le meilleur choix, c’est de combiner salaire ET dividendes. L’un n’exclut pas l’autre.

Nous verrons le salaire et les dividendes sous trois angles pour vous aider à mieux tenir compte :

  1. du Régime de pensions du Canada (ou RPC)
  2. du Régime enregistré d’épargne-retraite (ou REER)
  3. de l’impôt sur le revenu que vous devrez payer

Au Québec, les travailleurs cotisent au Régime de rentes du Québec, ou RRQ.

Commençons par le salaire…

Lorsque vous touchez un salaire, vous engagez automatiquement une dépense, puisque vous devez cotiser au Régime de pensions du Canada. Certains médecins se réjouissent de cotiser au régime maintenant pour profiter à leur retraite d’un revenu garanti par le gouvernement. D’autres accordent moins de valeur à ce revenu futur et préfèrent éviter de payer les primes du RPC et placer leur argent eux-mêmes. Vos préférences personnelles pourraient donc jouer pour beaucoup dans votre décision de toucher ou non un salaire.

Ensuite, un salaire vous permet de cotiser à un REER. Est-ce une bonne idée? Tout dépend de votre situation. Par exemple, en Colombie-Britannique, le programme d’avantages sociaux de Doctors of BC offre un incitatif financier aux médecins en exercice qui cotisent à un REER. Certains employeurs pourraient également offrir le même genre de mesure incitative, notamment en versant une cotisation équivalente à la vôtre. Dans ce cas, un REER est pratiquement toujours un excellent choix.

Mais si ce n’est pas votre situation, vous allez peut-être préférer laisser tomber le REER. Notre dernier facteur, c’est l’impôt sur le revenu. Le salaire est imposable au taux marginal maximal applicable, et en plus, il n’est pas admissible à un crédit d’impôt, contrairement aux dividendes. Ici, le salaire perd un point.

Passons maintenant aux dividendes. Lorsque vous touchez des dividendes, vous n’avez pas à cotiser au RPC. Comme nous l’avons vu plus tôt, certains médecins préfèrent éviter de payer ces primes. Les dividendes ne donnent pas de droits de cotisation à un REER, ce qui n’est pas nécessairement mauvais, selon votre stratégie globale en matière d’impôt et de placement.

Revenons à l’impôt sur le revenu. En général, les dividendes ne génèrent pas moins d’impôt sur le revenu que le salaire, mais ils offrent des possibilités de planification fiscale intéressantes.

Par exemple, si le revenu de votre société dépasse 500 000 $ par année. Au-delà de ce montant, le taux d’imposition de la société sera bien plus élevé, mais vous pourriez profiter des dividendes déterminés pour placer votre argent à l’abri de l’impôt. Dans ce cas particulier, les dividendes s’avèrent extrêmement pratiques.

L’autre stratégie, la plus courante, est le fractionnement du revenu. Si votre conjoint, un enfant adulte, un parent à charge ou un autre membre de votre famille admissible gagne un revenu inférieur au vôtre, vous pouvez nommer cette personne actionnaire de votre société et partager avec elle vos revenus de dividendes. Ce faisant, vous diminuez votre fourchette d’imposition et, du même coup, l’impôt total payé par votre famille.

Vous comprendrez maintenant pourquoi la plupart des médecins choisissent à la fois le salaire ET les dividendes, dans une proportion qui répond à leurs besoins et à leur situation. Trouver le bon dosage ne se fait pas en un tournemain, mais voici mon meilleur conseil : parlez à un conseiller MD.

Les membres de l’équipe MD ne sont pas des comptables, mais d’excellents planificateurs financiers forts de décennies d’expérience aux côtés des médecins exerçant leur profession en société.

MD peut vous aider à évaluer vos options et à élaborer votre stratégie globale pour que vous et votre comptable ayez en main un plan d’action qui vous aidera à maximiser votre patrimoine.

MD peut également optimiser vos placements personnels et ceux de votre société sur le plan de l’impôt, des revenus de placement et de la croissance.

En fait, des médecins exerçant leur profession en société ont placé plus de cinq milliards de dollars dans des comptes d’entreprise avec MD. En conclusion, devriez-vous choisir un salaire ou des dividendes? Il y a plusieurs réponses possibles, mais MD pourra éclairer votre lanterne.

Des questions? N’hésitez pas à communiquer avec un conseiller MD.

Merci d’avoir assisté à cet atelier éclair MD.


Avis de non-responsabilité

Tous les exemples sont fournis à titre d’illustration seulement et ne s’appliquent pas aux personnes des États-Unis résidant au Canada.

Il n’est pas dans l’intention de Gestion financière MD de donner des conseils fiscaux, comptables ou juridiques ni d’autres conseils professionnels similaires à ses clients actuels ou potentiels. L’information contenue dans le présent document ne doit donc pas être interprétée comme des conseils de cette nature et elle ne saurait en aucun cas se substituer aux conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

Le service ExO MD offre aux clients admissibles des conseils et des produits financiers par l’entremise du groupe de sociétés MD (Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée). Gestion financière MD est une propriété de l’Association médicale canadienne.

Les recommandations sur la constitution en société se limitent à la répartition de l’actif et à l’intégration des personnes morales dans les plans financiers et les stratégies de gestion de patrimoine. Des conseils en matière de constitution en société devraient être sollicités auprès d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique selon la situation particulière de chaque personne.